2

IMM °2

Me revoila !

 

Je suis de retour de vacances (depuis trois jours en fait MAIS mon ordi était en réparation. Nuance.) ! J’ai donc trois chroniques à écrire. (Oui, je sais, j’ai lu trois livres en deux semaines. Trucidez-moi.)

 

Tout d’abord, j’ai craqué pour deux lectures que je jugeais parfaites pour l’été:

P10209062

Eleanor&Park et Cœur Cerise ! Que j’ai d’ailleurs tous les deux finis, et dont les chroniques arriveront bientôt.

 

 

Puis, en vacances, il y avait un bureau de tabac/librairie à côté de la plage. J’y suis donc aller et j’ai pris ces trois-là:

P10209092Comme vous pouvez voir sur l’étiquette de Possession, il était offert, puisqu’il y avait une offre deux achetés un gratuit sur les poches (normalement les Pocket seulement, mais le vendeur a été très sympa ^_^). J’ai donc pris le tome 1 d’Insaisissable : Ne me touche pas ainsi que le premier tome des Loups de Mercy Falls: Frisson. J’ai pu choisir un livre gratuit dans une maigre sélection, et Possession m’intriguait pas mal.

 

 

Et, enfin, je suis retournée une deuxième fois (pauvre porte-monnaie, il a souffert…) à la petite librairie, et j’ai cette fois choisi:

P10209112

La malédiction du tigre et Fracture, que je n’avais jamais eu l’intention d’acheter, mais ils étaient là, et je dois être complètement schizophrène mais ils me suppliaient de les prendre… Bon, en fait je crois que c’est juste moi qui ai succombé.

 

Et, comme le vendeur était très gentil, il m’a laissée prendre deux livres gratuits. Oui, alors que, 1) l’offre ne fonctionnait que sur les poches et 2) parce que 2 quoi, il m’en a carrément laissé prendre deux. Bon, il y avait pas vraiment de choix, mais j’ai quand même trouvé !

P10209122

J’ai pris le hors-série de la Maison de la Nuit, le Serment de Lenobia. Non pas que je sois particulièrement fan de cette série (je l’ai même arrêtée au tome 8 tellement l’héroïne m’agaçait), mais une amie m’avait dit que ce HS était une perle de la saga. Et comme je pouvais l’avoir gratuit… Et après, j’ai choisi Carbon Diaries, que j’ai découvert sur un blog, mais je ne me souviens plus du tout lequel, je suis désolée.

 

 

C’est fini pour cet IMM bien rempli ! 9 nouveaux bébés s’ajoutent donc à ma petite bibliothèque. J’avoue avoir un peu abusé sur la dose livresque, mais que voulez-vous, il m’en faut toujours plus ! J’ai peur de tomber en panne de lecture (ce qui ne risque pas d’arriver, vu la différence de vitesse à laquelle j’achète des livres et à laquelle je les lis…)

 

BONNES LECTURES !

 

P10209022

10

Love letters to the dead, d’Ava Dellaira

18140047

 

Love letters to the dead, d’Ava Dellaira

Éditions Michel Lafon

 

Résumé:   Laurel vient de rentrer au lycée. Dans son nouvel établissement personne ne la connait, personne n’est au courant de la tragédie qui l’a frappée au printemps. C’est sans compter sur sa professeur d’anglais dont le premier devoir consiste à écrire une lettre à une personne décédée. Trouvant l’idée intéressante Laurel va écrire à ses idoles Kurt Cobain, Amy Winehouse, River Phoenix, Judy Garland et bien d’autres.
Dans ses lettres, elle écrit sur sa nouvelle vie, de son insertion dans un groupe d’amis à la séparation de ses parents. Elle va petit à petit se dévoiler et aborder la peine et la culpabilité qu’elle éprouve depuis la perte de sa sœur aînée.

 

 

Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ  Mon avis Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

 

Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour le temps que j’ai mis à publier cette chronique. En effet, j’ai mis longtemps à finir Love letters to the Dead. Plus précisément, à me plonger dedans. Pourtant, après un début peu fructueux, c’est avec un plaisir grandissant que j’ai achevé de le lire.

 

Je tiens avant tout à vous parler des personnages. C’est tout simplement le point que j’ai préféré de ce livre. Aucun n’entre dans le cliché du lycéen, et c’est ça qui m’a particulièrement plu. Ils ont tous un petit quelque chose, une particularité, une étincelle dans leur caractère, qui fait qu’on ne se lasse pas de les retrouver. J’ai beaucoup apprécié le couple que forment Tristan et Kristen. Malgré les nombreuses différences qui les opposent, ils sont soudés entre eux par des liens comme incassables. (SPOILER) Ça m’a vraiment brisé le cœur, surtout pour eux, quand Kristen doit partir faire ses études à New York. Ils ont beau dire qu’ils resteront ensemble, la distance les séparera, comme le fait remarquer Laurel. (FIN SPOILER) Hannah aussi m’a touchée par son caractère « rebelle », borné et, surtout, courageux. Natalie est celle, qui pour moi, reste le plus en retrait dans le roman. Pourtant, elle est la première à aborder Laurel, la protagoniste principale, dans son nouveau lycée. Mais par la suite, j’ai eu l’impression qu’elle s’effaçait et que son âme d’artiste également. Puis vient Laurel, l’héroïne, la fille qui tente de se reconstruire à la suite de la mort de sa sœur, May. Sœur qu’elle idolâtre (et encore, je pèse mes mots). Elle cherche par tous les moyens à lui ressembler, au détriment de sa propre personnalité. C’est un personnage émouvant, qui m’a fait ressentir dans ses lettres des émotions que je n’avais jamais connu auparavant dans un livre. Pour parler de May, elle me semblait être une personne extraordinaire, vu toutes les éloges que sa petite sœur faisait d’elle. Et puis, au fil du roman, j’ai appris à l’aimer de moins en moins (SPOILER) Ce qu’elle a fait à Laurel… Bien sûr, ce n’était pas voulu et pas direct, mais la laisser entre les mains d’une personne aussi peu fiable pour, soit disant qu’il l’emmène au cinéma, je trouve sa écœurant de la part d’une grande sœur. May n’est pas une personne responsable, bien que ne soit pas entièrement de sa faute. Comme l’a expliqué Sky, elle tentait juste de faire en sorte que Laurel l’admire, mais ça n’excuse pas son attitude. Pourtant, je ne suis pas arrivée à la détester complètement. Sûrement parce que Laurel continuait à la porter dans son cœur, qu’elle lui pardonnait. (FIN SPOILER). Un protagoniste que je n’ai pas du tout apprécié, ou presque: la mère de May et Laurel. Désolé, mais j’ai vraiment eu du mal avec elle. Très certainement parce qu’elle a abandonné sa fille, et j’ai du mal avec ça.

 

Il y a aussi l’écriture de Ava Dellaira. Puissante, capable de nous transmettre des émotions indéfinissables. A la fin du roman, j’ai pleuré, pour aucune raison particulière. Peut-être parce que, justement, c’était la fin, et que je ne reverrai plus les personnages si attachants de Love letters to the dead. Mais je n’avais pas l’impression que c’était de la tristesse. C’était très étrange. Ou peut-être que c’est moi, qui suis étrange… Dans tous les cas, la plume de l’auteure est forte en sentiments, et j’espère pouvoir lire d’autres œuvres d’Ava Dellaira.

 

Pour faire court, tout dans ce livre m’a plu. L’idée des lettres était elle aussi excellente. Surtout des lettres à des morts. Ava Dellaira doit avoir une imagination débordante pour avoir pensé à ça. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas tant le genre épistolaire, qui est novateur, mais la façon dont elle l’a tourné. C’est tout simplement indéfinissable. Je me rend compte que, en réalité, il est dur de m’expliquer sur ce livre.

 

Pour résumer

« Love letters to the dead » est un petit coup de coeur. Par sa façon de nous raconter l’histoire de Laurel, Ava Dellaira réussit à nous transmettre des émotions indescriptibles. A lire de toute urgence !

 

 

Sans titre 1

 

 

Ce que j’ai préféré: les émotions ressenties ; les personnages ; le style d’écriture

Ce que j’ai moins aimé: la mère de Laurel et May

 

 

Je le conseille à: ceux qui veulent se recevoir une bourrasque d’émotions (je sais, je me répète). Et à ceux qui veulent de la romance, aussi, même si je n’ai pas évoqué ce point dans ma chronique, ou très peu.

 

 

PS: Je serai absente jusqu’au 27. Cause: vacances ! ;D J’aurai un IMM à vous poster à mon retour et certainement de nombreuses chroniques !

16

L’Epreuve tome 1: le Labyrinthe, de James Dashner

l-epreuve-tome-1-le-labyrinthe-2484282-250-400

L’Épreuve tome 1: le Labyrinthe, de James Dashner

Éditions Pocket Jeunesse

 

Résumé:   Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié.
Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire…

 

 

Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ  Mon avis Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

 

Wahou, wahou, wahou… Ce sont les seuls mots qui me viennent à l’esprit pour décrire ce livre ! Enfin, des mots… En vérité, j’ai du mal à organiser mes idées, étant donné que je viens juste d’émerger de ce bouquin. Et c’est franchement dur de le décrire tant il m’a retournée.

Bon, comme il faut bien commencer quelque part, je vais d’abord aborder l’histoire dans sa globalité. L’idée de reprendre le thème du labyrinthe est vraiment une excellente idée. J’ai toujours adoré les labyrinthes, je trouve ça hyper excitant de se retrouver « perdu » à l’intérieur. Donc le sujet de l’œuvre de James Dashner m’emballait forcément. Puis je me suis plongé dedans. Et quelle belle surprise ! Enfin, pas vraiment « surprise », vu que je savais déjà que, entre ce livre et moi, ça fonctionnerait bien. J’ai été vraiment convaincue par le concept des adolescents qui perdaient la mémoire et se réveillait dans le Bloc, îlot de tranquillité au beau milieu d’un labyrinthe rempli de monstres de ferraille.

Outre cela, j’ai adoré l’ambiance de mystère, d’insécurité et de tension qui régnait au Bloc entre les adolescents. Dès le début du livre, les questions se sont entassées dans ma tête: pourquoi tous les adolescents avaient-ils perdu la mémoire ? Que faisaient-ils au centre d’un labyrinthe dangereux ? Si vous voulez du suspens, vous êtes servis !

Pour ce qui est du héros, Thomas, il me plaît bien. C’est le genre de protagoniste que j’aime bien. Puis, tout autour, il y a les autres personnages. Il y a Alby, le chef des blocards, bien décidé à faire régner l’ordre, Minho, le coureur à l’humeur changeante (d’ailleurs, j’ai trouvé que à peu près tous les personnages étaient assez lunatiques…), Chuck, le jeune garçon qui n’a pas la langue dans sa poche, et puis il y a Newt. Comment dire que je suis raide dingue de ce personnage ? Je ne sais pas pourquoi, parfois, il y a des protagonistes pour qui, pour une raison inexplicable, je ressens un attachement énorme. C’est juste un personnage que je n’ai pas envie de voir partir.  (GROS SPOILER) Et mes espoirs ont été complètement brisés quand je me suis spoiler le tome 3. Je me félicite complètement. Quand j’ai appris que Newt mourrait dans ce tome, j’ai eu l’impression que mon cœur explosait en mille morceaux. J’étais sur le point de fondre en larmes. Ensuite, pendant quelques temps, j’ai eu l’appétit complètement coupé et, même maintenant, quand j’y repense, j’ai comme une envie de vomir. Je dois vraiment être bizarre pour ressentir ça vis-à-vis d’un personnage fictif… (FIN SPOILER)

Quant aux scènes d’actions, c’est tout simplement époustouflants ! Elles s’enchaînent parfois à une vitesse incroyable, le rythme est vraiment hyper rapide. Et puis, de rares fois, c’est le « plat ». Comme un moment de répit pour nous, chers lecteurs dont le cœur risque de ne pas tenir si il y a encore le moindre truc angoissant qui survient.

Bon, je vous avouerai que, vers la fin, c’est même peut-être aller trop vite. Pas le temps d’analyser la situation que, pouf ! revirement total. Du coup, j’étais un peu perdu et j’ai du méditer longtemps pour intégrer toutes les informations données. Et le suspens, à la fin ! Tant de questions auxquelles on n’a pas eu de réponses dans ce tome et qui se résoudront, je l’espère, dans les tomes suivants. J’ai trop envie de lire le tome 2, mais je ne l’ai malheureusement pas en ma possession, et je vais devoir attendre encore un peu étant donné que j’ai d’autres livres sur ma Wish-List en priorité.

Pour conclure, je vais faire une petite parenthèse sur le casting du film, prévu pour octobre 2014. Pour Thomas, joué par Dylan O’Brien et Térésa, interprété par Kaya Scodelario, j’ai trouvé qu’ils correspondaient plus ou moins exactement à la description que je me faisais d’eux. De même pour Alby (Aml Ameen). Pour Mihno (Ki Hong Lee), je m’attendais à un visage un peu plus… Adulte ? Bon, je sais que ce ne sont que des adolescents, mais je pensais qu’il aurait un faciès plus mature. Et c’est pareil pour Newt. J’ai été carrément étonné, voir choqué, de voir qui allait l’interpréter (Thomas Brodie-Sangster). Je ne pensais PAS DU TOUT qu’il ressemblait à ça. D’ailleurs, dans le livre, il est censé avoir la mâchoire assez carré et les cheveux longs. Bon, je vais bien finir par m’adapter, mais sur le coup, ça m’a assez dérangé. D’autant plus que c’est mon personnage favori.

 

 

Pour résumer

Incroyable, époustouflant, le Labyrinthe est un concentré d’actions et d’émotions. A lire à tout prix !

 

Sans titre 11

 

Ce que j’ai préféré: l’actions ; les personnages ; Newt ; le concept

Ce que j’ai moins aimé: la fin est peu trop brusque

 

Je le conseille à: tous les mordus d’actions et d’aventures !